facebook twitter YouTube
logo EPTB
Accueil » actions » natura 2000 » val de saône dans l’ain

val de saône dans l’ain


                                                 Carte d’identité du site

  • Référence :
    Directive Oiseaux – FR8212017
    Directive Habitats Faune Flore – FR8201632 
  • Région : Auvergne-Rhône-Alpes
  • Département : Ain
  • Superficie : 3 671 ha
  • Nombre de communes concernées : 17
  • Altitude min-max : 169 m – 174 m
  • Autres sites à proximité :
    FR2610006 : Basse vallée de la Seille
    FR2600979 : Dunes continentales, tourbières de La Truchère et prairies de la Basse Seille
  • Principaux enjeux :
    Oiseaux prairiaux – prairies de fauche – boisements alluviaux – îles

Localisation et caractéristiques du site

Le site du Val de Saône couvre une superficie de 3871 ha sur le territoire de 17 communes du département de l’Ain, de Sermoyer à Saint-Didier-sur-Chalaronne.

Le périmètre de ce site correspond aux limites de la zone inondable et l’usage du foncier est à dominante agricole : 83% de la surface du site est utilisée par l’agriculture, notamment par des surfaces en prairies.

Les crues hivernales qui s’étendent sur le lit majeur de la Saône apportent une fertilisation naturelles. Le sol, retenant plus ou moins l’eau, conditionne la présence de milieux alluviaux à fort intérêt écologique (prairies et boisements alluviaux).

Le document d’objectifs (DOCOB) de ce site a été rédigé grâce à un partenariat entre 4 structures : la Chambre d’Agriculture de l’Ain, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, le Conservatoire des Espaces Naturels Rhône-Alpes et l’EPTB Saône et Doubs.

 

biodiversité du site

Râle des genêts

Barbastelle

Fritilaire pintade

Triton crêté

Le maintien de la zone d’expansion des crues et de l’inondabilité hivernale sont fondamentaux pour le bon fonctionnement hydrologique du site et pour la conservation des d’habitats naturels tels que la forêt alluviale ou les prairies humides. L’évolution des pratiques agricoles et le développement urbain sont également des facteurs qui peuvent influer sur l’avenir des prairies du val de Saône.

La préservation des habitats prairiaux ainsi que des espèces des la flore et de l’avifaune ne peut se faire sans l’implication de la profession agricole par le biais d’une gestion adaptée. Dans le secteur du val de Saône, des mesures agroenvironnementales sont proposées depuis le début des années 90.

Par ailleurs, des études sont conduites sur les prairies pour tenter de limiter le développement de l’Euphorbe ésule. Cette espèce présente sur certaines parcelles produit un latex toxique pour le bétail et son abondance peut entrainer une baisse de la diversité végétale.

 

 

Habitats Prairiaux

Les crues hivernales qui s’étendent sur le lit majeur de la Saône apportent aux prairies une fertilisation naturelle. Le type de sol et les micro-reliefs conditionnent la présence de prairies à fort intérêt écologique. On distingue 3 types de prairies :

  • La prairie hygrophile à Oenanthe fistuleuse (6440) occupe les niveaux topographique inférieurs à longue durée d’inondation
  • La prairie à Brome en grappe se développe dans les niveaux intermédiaires
  • La prairie mésohygrophile à Fromental élevé (6510) occupe les niveaux supérieurs de la prairie alluviale moins longuement inondable 

Sur ces prairies, se développent des espèces protégées telles que la gratiole officinale, l’orchis à fleurs lâches ou encore la fritillaire pintade protégées au niveau régional.

De nombreuses espèces d’oiseaux trouvent refuge sur le site du Val de Saône. Certaines nécessitent la présence de grandes unités de prairies pour s’installer et établir leur nid. C’est le cas du Râle des genêts, espèce menacée à l’échelle mondiale, qui trouve sur le Val de Saône l’un de ces derniers refuges à l’échelle française. Oiseau typique des prairies de fauche, il est particulièrement touché par la dégradation de son habitat et par l’évolution des pratiques vers des fauches de plus en plus précoces.

Habitats forestiers

Le site est également caractérisé par des boisements alluviaux très localisés mais présentant de grandes richesses naturelles.

La forêt alluviale du bois de Maillance présente un boisement mixte de chênes, d’ormes et de frênes typique des forêts riveraines des grands fleuves (91F0). Cette forêt accueille le Triton crêté et plusieurs espèces de chauve-souris comme la Barbastelle.

L’île de la Motte, occupée par un reliquat de Forêts galeries de Saules blancs (91E0), accueille plusieurs populations de Hérons : Bihoreau gris, Aigrette garzette. Cet habitat est aujourd’hui fortement dégradé par la présence abondante d’érables negundo.

Milieux aquatiques

Les habitats aquatiques sont également représentés avec la présence de mares, fossés, lônes et végétation de berges.

Le Val de Saône est un site remarquable pour ses habitats naturels, qu’ils soient forestiers, prairiaux ou aquatiques. Ils abritent une faune et une flore diversifiées et caractéristiques des milieux alluviaux.

Oiseaux

De nombreuses espèces d’oiseaux trouvent refuge sur ce site :

  • Râle des genêts
  • Martin-pêcheur d’Europe
  • Bihoreau gris
  • Aigrette garzette

Amphibiens

  • Triton crêté

Papillon

  • Cuivré des marais

Chauves-souris

  • Barbastelle
  • Noctule de Leisler
  • Vespertilion de Daubenton

Au pied de certains vieux hêtres, on peut observer une mousse d’intérêt communautaire, le Dicrane vert, notamment présente dans le Bois d’Aglans, au-dessus de Besançon.

+ d'infos

Des mesures agro-environnementales territorialisées (MAEt) sont aux agriculteurs sur le site du Val de Saône. L’animation des MAEt auprès des exploitants est réalisée par la Chambre d’Agriculture de l’Ain.

Les exploitants du site, selon les secteurs du site, ont accès à deux types de mesures. Ils s’engagent pour des 5 ans et, en contrepartie, touche une indemnité relative au manque à gagner qu’induisent les changements de pratiques.

  • Mesure 1 : fauche des prairies retardée au 15 juillet dans les secteurs où une population de Râle des genêts est présente (secteurs localisés de Sermoyer, Arbigny, Saint-Bénigne, Pont-de-Vaux et Replonges).
  • Mesure 2 : fauche des prairies retardée au 5 juillet sur le reste du site Natura 2000.

A ce jour, et après 3 années de contractualisation, 500 ha de prairies ont été engagés dont 150 ha pour une pratique de la fauche au 15 juillet et 350ha au 5 juillet.

D’autres mesures de conservation peuvent également être mises en place sur les milieux non-agricoles par le biais de Contrats Natura 2000.

Des études sont conduites par la Chambre d’Agriculture de l’Ain pour rechercher des méthodes de lutte contre le développement de l’Euphorbe ésule, espèce toxique pour le bétail et qui peut, à terme, devenir une menace pour l’agriculture dans le val de Saône.

Restauration ou entretien de mares

L’objectif est de restaurer la fonctionnalité des mares par leur entretien ou la remise en état et ainsi préserver la biodiversité inféodée à ces milieux.

Maintien des boisements existants et conservation des espèces qui y sont inféodées

L’objectif prévoit d’une part de veiller au maintien du caractère insulaire et boisé de l’île de la Motte en vue de favoriser la reproduction des différentes espèces de hérons qui la fréquente.

D’autre part, il s’agit de poursuivre l’exploitation traditionnelle du Bois de Maillance en taillis sous-futaie et contribuer à améliorer la diversité d’habitats au sein du boisement

Président du comité de pilotage :
M. Michel VOISIN (Président du Syndicat Mixte Bresse Revemront Val de Saône)

Les actions proposées dans le cadre de Natura 2000 bénéficient de financements européens FEADER et de crédits État.

Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour ONCFS:Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage Résultat de recherche d'images pour

Charline PIERREFEU
Chargée de mission Natura 2000 « Val de Saône »

EPTB Saône et Doubs
220 rue du Km 400
71000 MÂCON

03 85 21 98 20 – 06 71 45 97 71
charline.pierrefeu@eptb-saone-doubs.fr