facebook twitter YouTube
logo EPTB
Accueil » actions » natura 2000 » préservation du râle des genêts

préservation du râle des genêts

> Découvrir l’espèce

Le Râle des genêts Crex crex est un oiseau discret, qui apprécie les prairies alluviales inondables, comme celles du val de Saône. Ces milieux, souvent asséchés, dégradés ou convertis en cultures de maïs, se raréfient dangereusement. Les fauches précoces menacent aussi les quelques râles, qui trouvent encore des milieux favorables à leur reproduction.

Depuis une quarantaine d’années, ce déclin s’est accentué, passant en France de plusieurs milliers de mâles chanteurs dans les années 1980 à quelques centaines au début des années 2010.

La chute semblait se stabiliser dans la seconde moitié des années 1990 à la faveur de la mise en œuvre des premiers dispositifs agro-environnementaux. Ils n’ont toutefois pas été suffisants pour enrayer le déclin qui s’est accentué :

  • en 2012 la population française n’atteignait pas les 400 mâles chanteurs* ;
  • en 2014, elle se réduisait à environ 250 mâles chanteurs* ;
  • en 2017, les estimations étaient encore plus alarmantes, avec seulement une petite centaine de mâles contactés*.

Avec une baisse d’effectifs de plus de 90 % en quarante ans, l’espèce est aujourd’hui au bord de l’extinction au plan national.

* Sources : Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie / Blog du Plan National Râle des genêts
Râle des genêts adulte

Entendre le Râle des genêts :

Râle des genêts ©Élodie TONOT

Depuis 2012, l’EPTB Saône et Doubs coordonne les démarches de préservation du Râle des genêts sur le bassin de la Saône.

Comment ?

L’EPTB organise chaque année des comptages nocturnes avec la LPO et l’OFB, dans le cadre de l’animation de sites Natura 2000, pour repérer les éventuels mâles chanteurs et mettre en place des mesures d’urgence. Ces mesures consistent alors à signer des contrats de fauche tardive avec les exploitants agricoles sur les parcelles accueillant les Râles.

Nichant à même le sol dans les herbes hautes, à partir de la mi-mai, le Râle des genêts est vulnérable aux fauches. Les jeunes Râles ne sont en effet pas volants avant la mi-juillet dans le meilleur des cas. Les femelles enchainent en général une seconde ponte tardive qui n’a quasiment aucune chance d’aboutir, les prairies étant toutes fauchées ou pâturées au mois d’août.

Les contrats signés avec les agriculteurs prévoient donc de préserver a minima les premières nichées (= contrat au 1° août) mais l’idéal est de pouvoir mobiliser les parcelles jusqu’au 31 août afin de contribuer à la sauvegarde des secondes pontes potentielles.

Avec ces dates tardives de fauche, les jeunes et les adultes sont capables de s’envoler au passage des faucheuses.

Tous ces contrats d’un an, sont évidemment rémunérés au pro-rata du nombre de jours de retard de fauche. Plus la date de fauche est tardive, plus l’agriculteur sera rémunéré. Un contrat au 31 août équivaudra ainsi à l’achat du foin à l’exploitant.

Procédure pour les campagnes de comptage des râles des genêts

Le Râle des genêts mâle émet des cris forts et rauques pendant la période de reproduction, essentiellement la nuit. Ces cris « Crex crex », qui servent à l’établissement du territoire, sont entendus avant que l’oiseau ne soit visible. Ils sont émis uniquement par le mâle, en général depuis le sol ou un perchoir bas, un mur ou un buisson.

Les comptages s’effectuent donc en nocturne, de 22h à 3h. La procédure consiste à repasser le cri du Râle dans un haut-parleur, pour favoriser une réponse en cas de présence d’un mâle. 

> Bilan de l’année 2020

Si les dernières années ont été plutôt catastrophiques sur le Val de Saône (0 Râles en 2019), l’année 2020, en revanche, a été marquée par des observations intéressantes  avec 13 mâles chanteurs de râles entendus dans le Val de Saône, de la Haute-Saône jusqu’au département de l’Ain.

Tous ne se sont pas installés pour se reproduire dans nos prairies, mais sur les 13 identifiés, 10 mâles ont cependant été entendus plusieurs soirées de suite aux mêmes endroits, ce qui tend à confirmer leur cantonnement.

Ces 10 râles ont d’ailleurs tous fait l’objet de Contrats Flash par l’EPTB.

Les Contrats Flash sont des mesures d’urgence pour les râles. Ils sont mis en œuvre via des contrats signés avec les exploitants des parcelles accueillant les râles. Moyennant indemnisation, les agriculteurs s’engagent alors à ne pas faucher leur parcelle avant le 1er  voire le 10 août, certains contrats pouvant même courir jusqu’au 1er septembre lorsqu’il y a soupçon d’une seconde couvée très tardive.

Les Contrats Flash, initiés depuis 2012 par l’EPTB, sont des contrats d’un an, adaptables géographiquement et dans le temps. C’est donc un outil très réactif et très efficace pour tenter de protéger des oiseaux localisés sur des parcelles sans retard de fauche.

Ci-après, un aperçu de l’évolution de la population de Râle en Bourgogne sur la période 2003-2020.

Les financeurs des Contrats Flash sont très divers et peuvent être issus du publique comme du privé. Cette année, les financeurs étaient les suivants :

  • les DREAL Bourgogne Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes
  • le Département de l’Ain,
  • APRR (via la Chambre d’Agriculture de l’Ain) dans le cadre de mesures compensatoires,
  • l’EPTB Saône et Doubs.

Au total, 11,29 ha de prairies ont ainsi été contractualisés pour favoriser la reproduction des Râles des genêts sur le Val de Saône, pour un budget de 11 622 €.

L’EPTB tient ici à remercier toutes les structures qui se sont mobilisées pour les écoutes nocturnes, pour les suivis de fauche et pour contribuer aux financements des 11 contrats Flash signés cette année avec les exploitants.

Merci également aux exploitants agricoles qui ont accepté de s’engager avec l’EPTB en faveur du Râle des genêts et ce, malgré une nouvelle année très délicate agronomiquement pour les prairies.