facebook twitter YouTube
logo EPTB
Accueil » actions » natura 2000 » prairies alluviales en saône-et-loire

prairies alluviales en saône-et-loire


                                                 Carte d’identité du site

  • Référence :
    Directive Oiseaux – FR2612006
  • Région : Bourgogne-Franche-Comté
  • Département : Saône-et-Loire
  • Superficie : 8 980 ha
  • Nombre de communes concernées : 26
  • Altitude min-max : 168 m – 204 m
  • Autres sites à proximité :
    FR2600976 : Prairies et forêts inondables du Val de Saône entre Chalon et Tournus et de la basse vallée de la Grosne
    FR2610006 : Basse vallée de la Seille
    FR2600979 : Dunes continentales, tourbières de La Truchère et prairies de la Basse Seille
  • Principaux enjeux :
    Oiseaux prairiaux – prairies de fauche

Localisation et caractéristiques du site

D’une surface totale de 8980 ha, le site « Prairies alluviales et milieux associés de Saône-et-Loire », concerne le territoire de 36 communes de la Saône-et-Loire réparties en 4 unités géographiques   

  • Une entité située en amont de Chalon en rive gauche de la Saône, de Verdun-sur-le Doubs à Bey, 6 communes concernées sur une surface de 1191 ha ;
  • Une deuxième entité située entre Chalon et Tournus correspondant au périmètre du site Natura 2000 de la confluence Saône-Grosne, intégrant le réseau Natura 2000 au titre de la Directive Habitats, 21 communes concernées sur une surface de 6374 ha ;
  • La troisième concerne le sud de Mâcon, en rive droite de la Saône, de Varennes-les-Mâcon à la Chapelle-de-Guinchay, englobant 3 communes pour une surface de 370 ha ;
  • La dernière est localisée sur le val de Seille situé en amont de Louhans, de Saint-Usuge à Le Tartre, 6 communes concernées sur une surface de 1045 ha.

 

biodiversité du site

Cigogne blanche

Grande aigrette

Bihoreau gris

Bruant des roseaux

Bien que l’élevage se maintienne sur le site, une évolution des pratiques agricoles est observée : retournement de prairies en cultures ou plantation de peupliers, fauches de plus en plus précoces, fertilisation parfois importante. Les objectifs de gestion du site tiennent compte de ces observations.

Ces évolutions rendent les prairies de fauche moins propices à l’accueil des espèces typiquement prairiales comme le Râle des genêts ou le Courlis cendré qui établissent leurs nids au sol au sein d’une végétation haute.

L’objectif principal sur le site est de conserver les surfaces en prairies et de maintenir une activité agricole adaptée à la conservation des prairies de fauche.

La ripisylve (végétation arborée et buissonnante en bord de cours d’eau) se trouve dans un état dégradé le long des différents rivières du site : la Saône, la Grosne et la Seille. Ces linéaires de végétation sont discontinus voire absents de certains secteurs. Cela réduit les possiblités d’installation des espèces qui y nichent (Blongios nain, Bihoreau gris). La gestion du site vise également à reconstituer cette ripisylve.

La vallée de la Saône constitue une vaste entité humide féquentée par de nombreuses espèces d’oiseaux. Les espèces migratrices y transitent chaque année et utilisent les milieux alluviaux comme halte migratoire, comme zone d’hivernage ou comme site de reproduction. 

Les prairies et les milieux qui y sont associés (haies, arbres isolés) constituent d’importants habitats d’espèces pour la nidification des oiseaux.

La ripisylve (végétation de rives) et les zones humides associées constituent un habitat d’espèces remarquables où la conservation de la végétation et de zones de tranquillité est la principale est garante de la présence des oiseaux. La qualité de cet habitat est également liée au maintien d’une bonne qualité des eaux.

Au sein du site, les milieux forestiers représentent de faibles surfaces. Ils se repartissent entre bois plantés de peupliers (regroupant peupleraies de production, alignement d’arbres et petites parcelles privées) et forêts communales de chênes et de frênes (Laives, Lalheue, Gigny-sur-Saône).

Plusieurs espèces comme le Râle des genêts, le Courlis cendré ou le bruant proyer nichent notamment au sol dans de vastes étendues de prairie. Ces milieux constituent également des zones d’alimentation privilégiées  pour la Cigogne par exemple et des aires d’accueil pour des espèces en migration ou en hivernage comme la Grande aigrette.

Des espèces de hérons comme le bihoreau gris affectionnent eux-aussi ces milieux pour y nidifier.

Quant aux milieux forestiers, ils hébergent plusieurs espèces de pics et notamment le Pic cendré.

Au total, 124 espèces d’oiseaux remarquables (dont 46 inscrites à la Directive Oiseaux) ont été inventoriées sur le site, regroupant les espèces nicheuses, hivernantes ou de passage. Parmi celles-ci, dix espèces présentent un enjeu fort pour le site : l’Aigrette garzette, le Bihoreau gris, le Blongios nain, le Busard Saint-Martin, le Combattant varié, le Pluvier doré, le Pic cendré, la Cigogne blanche, la Pie-grièche écorcheur et le Râle des genêts.

+ d'infos

Sur les zones agricoles (MAEt) :

  • Fauche des prairies retardée à partir du 15 juillet,
  • Pression de pâturage limitée et mise à l’herbe du bétail retardée,
  • Reconversion de cultures et de prairies,
  • Entretien des haies et mares.

Hors zones agricoles (Contrats Natura 2000) :

  • Restauration des secteurs de ripisylve
  • Entretien et mise en défens des roselières

Président du comité de pilotage :

Les actions proposées dans le cadre de Natura 2000 bénéficient de financements européens FEADER et de crédits État.

 

Entité Chalon nord : 
      Animatrice : Sophie HORENT
      Ligne directe : 03 84 81 46 93
      Mobile : 06 78 87 67 43

Entités Seille et Mâcon sud : 
       Animatrice : Charline PIERREFEU
       Ligne directe : 03 85 21 98 20
       Mobile : 06 71 45 97 71

Entité Saône-Grosne :
      Animateur : Nicolas TERREL
      Ligne directe : 03 85 21 98 14
      Mobile : 06 78 87 68 60