facebook twitter YouTube
logo EPTB
Accueil » actions » démarche conservatoire » Reconversion de peupleraies en prairies

Reconversion de peupleraies en prairies

L’attention portée aux zones humides et à la préservation de certains milieux ouverts en régression s’est développée ces dernières années. La peupleraie, présente sur ces milieux ou s’y étant substituée, peut présenter des inconvénients plus ou moins importants pour leur préservation.

La plantation de peupliers sur des prairies provoque en effet une perte progressive de l’intérêt de l’habitat prairial d’origine. Au fur et à mesure que la prairie disparaît au détriment d’un habitat forestier, son fonctionnement se modifie jusqu’à disparition des caractéristiques d’origine. La faune et la flore dépendants des milieux ouverts que sont les prairies sont alors remplacées par d’autres espèces à tendance forestière.

A ce titre, la Démarche Conservatoire de l’EPTB œuvre pour préserver ou restaurer les prairies humides du Val de Saône, notamment par le biais d’une politique de maîtrise foncière qui garantit une occupation des sols compatibles avec les grands enjeux (protection des zones humides, préservation des nappes d’alimentation en eau potable et maintien des champs d’expansion des crues).

Dans le cadre de cette Démarche, l’EPTB se positionne pour l’acquisition foncière de milieux humides sur les zones identifiées prioritaires, et met ensuite en œuvre des études et travaux de restauration sur les sites acquis.

Exemple à Amance (70)

Sur la commune d’Amance, en Haute-Saône, l’EPTB a acquis une peupleraie de plus de 9 ha dans le lit majeur de la Saône.

Suite aux travaux d’exploitation et de défrichement conduits respectivement en 2018 et 2019, les travaux finaux pour un retour en prairie se sont déroulés sur la deuxième quinzaine d’août 2021.

Ils ont consisté à combler les fossés de drainage pour restaurer le caractère humide des parcelles et niveler le terrain pour rendre possible la fauche et le pâturage. Néanmoins, pour favoriser une plus grande diversité floristique, des dépressions ont été aménagées.

Auparavant, les manchons de protection des peupliers, abandonnés sur le site ont été ramassés et évacués par l’Association Chantiers Environnement (entreprise d’insertion).

Travaux débutés en 2018 et finalisés à l’automne 2021, sous maîtrise d’œuvre EPTB

Montant des travaux de défrichement 2019 : 13 700 € TTC réalisés par DG Forêt

Montant des travaux de terrassement 2021 : 42 400 € TTC réalisés par la SARL TELLA Environnement

Financement 100 % SNCF Réseau, dans le cadre de mesures compensatoires liées à l’aménagement de la ligne LGV Rhin Rhône.